"La Fille dans le verre"

Publié le par joe

"La fille dans le verre" de Jeffrey Ford.

 
Voici un roman léger, mais très sympathique : La Fille dans le verre, de Jeffrey Ford, sorti en avril dernier. J'ai découvert ce bouquin par hasard. Il traînait sur une des tables de la rédaction, où je bosse. Un de mes collègues l'avait abandonné, je l'ai ramassé. Quelques semaines plus tôt, une critique de Sabrina Champenois dans le quotidien Libération m'avait mis la puce à l'oreille... bien que la fin de son article suscitait inévitablement chez moi quelques réserves : "On vous l'accorde, les bons sentiments vont ici bon train, mais de temps en temps, il n'y a pas de mal à se faire du bien." Je garde toujours en tête la citation d'André Gide : "On ne fait pas de la bonne littérature avec de bons sentiments." Bref... Puisque ce bouquin est publié dans la collection Lunes d'Encres, chez Denoël, je gardais quand même un a priori positif.

Et je n'ai pas été déçu. L'histoire ? C'est celle de trois arnaqueurs pendant la période de la Grande Dépression aux Etats-Unis. Diego, un jeune mexicain clandestin, Schell, un expert en filoutage et Antony Cleopatra, un ex-Malabar de foire gagnent leur croûte en détroussant des bourgeois crédules avec des séances de spiritisme montées de toutes pièces. Mais lors d'une de ces séances, Schell raconte à ses comparses avoir "distinctement vu, sur le panneau vitré de droite, l'image d'une enfant. Comme si elle était à l'intérieur du verre." Se pourrait-il qu'il s'agisse de Charlotte, la fille d'un couple de notables du coin, qui a disparu sans laisser la moindre trace, les jours précédents ? Les trois arnaqueurs vont mener leur enquête.

Sensible, drôle et fin, La Fille dans le verre dépeint aussi une galerie de personnages secondaires savoureux, comme tout droit échappés du film Freaks. Quant au récit, enlevé et bien documenté, il débouche sur la dénonciation des politiques eugénistes et racistes ébauchées au début des Etats-Unis au XXe siècle. En résumé, ce roman n'a pas d'autre prétention que de distraire, mais il le fait intelligemment.

Joe

Il faut absolument voir Freaks, le film de Ted Browning.
Ce classique du cinéma est entièrement visible en VO ici.

Publié dans Fan de SF

Commenter cet article