« Un Lun Dun » de China Miéville, dark fantasy pour ados

Publié le par joe

Entre De l'autre côté du miroir, de Lewis Carroll, et Neverwhere de Neil Gaiman, voici un roman attachant, même si pas très abouti : Un Lun Dun, publié en 2007, pas encore traduit en français. "Un Lun Dun", c'est le nom d'un monde parallèle à Londres où finissent tous les objets obsolètes, passés de mode ou jetés au rebut : parapluies cassés, journaux froissés, vieux téléviseurs, disques 33 tours... Un monde habité par des créatures de toutes espèces. Un Lun Dun, du britannique China Miéville, raconte une histoire de dark fantasy qui s'adresse surtout à un lectorat (pré-)adolescent, à l'image des deux héroïnes qui pénètrent par inadvertance dans Un Lun Dun. Ça vaut bien un tome d'Harry Potter, il y a du rythme, des rebondissements, mais les personnages manquent de profondeur. Un Lun Dun offre la trame d'un bon scénario de film bourré d'effets spéciaux, pour les gamins. J'y ai retrouvé avec plaisir l'imagination féconde de China Miéville, qui m'avait tellement plu dans son Perdido Street Station. En plus, l'auteur a fourni des illustrations à son roman, un bon moyen de se représenter ses chimères.

Publié dans Fan de SF

Commenter cet article