"Kill Bill II", du sabre à la baguette

Publié le par joe

Kill-Bill-II.jpg Loin de la testostérone puante de Pulp Fiction, Quentin Tarantino imprègne Kill Bill d'un doux parfum d'hémoglobine. J'ai revu ce soir le deuxième opus, bavard et tout aussi potache que le premier. QT est un petit malin talentueux, expert en copier-coller série B et stakhanoviste de la scène-culte. Comme ce passage, où le maître de kung-fu oblige sa jeune disciple à manger du riz avec des baguettes, alors qu'elle a les mains broyées par son entraînement. Soit le sadisme élevé au rang d'amuse-gueule. Dans Kill Bill, la vengeance est un plat qui se mange épicé.

joe

Publié dans Séance de rattrapage

Commenter cet article