« Le complot des clans » poétique, drôle et absurde

Publié le par joe


Après L'Hirondelle d'or, je continue mon exploration des films produits par les Shaw Brothers.
 Ce week-end, j'ai ainsi regardé Le Complot des clans (1977). Un vrai régal de cinéma bis, réalisé avec beaucoup d'humour et de poésie. On y trouve des décors aux couleurs fluo, des personnages féminins malicieux et de jolies trouvailles comme un combat avec des bambous (ci-dessus).  Le héros, un maître des arts martiaux genre bellâtre (interprété par Ti Lung), possède le charme et la décontraction d'un James Bond porté sur le thé. En plus, l'intrigue plutôt bien chiadée ne laisse pas beaucoup de temps morts.

Et puis il y aussi des moments insolites, quasi absurdes, notamment cette scène qui ne sert absolument à rien dans le film, sinon à terroriser les spectateurs : Ti Lung se rend avec une femme qu'il a rencontrée au cimetière... Puis il commence à manger un cadavre (beurk) dans un cercueil, sous les yeux épouvantés de l'autre. Puis le beau gosse nous apprend que ce cadavre est un faux, c'est une espèce de patisserie confectionnée par ses assistantes pour ressembler à un être humain. Et puis on passe à autre chose. Le nawak total.

Autre scène, qui sacrifie à la mode du gore de l'époque. Afin de sauver le Ti Lung, la maîtresse d'un palais détache son propre bras et le lance vers le "méchant", qui meurt transpercé par ce membre ! So what ?

Publié dans Séance de rattrapage

Commenter cet article