« Cronos », les débuts de Guillermo del Toro

Publié le par joe

"Cronos", un film étrange de Guillermo del Toro.La vie éternelle en échange d'une méchante addiction à l'hémoglobine. Après le comte Dracula et peu avant Lestat de Lioncourt, c'est un vieil antiquaire qui se voit proposer cette offre à double-tranchant dans le film Cronos, de Guillermo del Toro. Tout comme David Cronenberg avec ses histoires d'homme-mouche et de cassette VHS vivante, le réalisateur mexicain a réussi à apporter sa touche personnelle au cinéma de genre (superhéros, fantômes, merveilleux, créatures). En 1993, ce "petit film" aux allures de conte qu'est Cronos contient les prémisses de son chef d'œuvre à venir Le Labyrinthe de Pan. Avant Ofelia dans la Guerre d'Espagne, il y a donc Aurora dans son ciré rouge écarlate. Il y a l'acceptation d'un univers qui dépasse l'entendement. Il y a la relation émouvante entre une enfant et son grand-père cédant aux plaisirs du Cronos, un mécanisme diabolique. Il y a cette image glaçante d'un vieillard qui se met à terre dans des toilettes pour lécher une minuscule flaque de sang. Une méchante addiction on vous dit...

Publié dans Séance de rattrapage

Commenter cet article