"Jonathan Strange & Mr Norrell", gentlemen magiciens

Publié le par joe

jonathan.jpg

Abradacadra, voici publié en France un pavé de 1 000 pages avec plein de morceaux de magie dedans. C'est Jonathan Strange & Mr Norrell, un roman de fantasy acclamé par la critique anglo-saxonne. Je reconnais avoir été séduit au début de ma lecture, carrément rebuté au milieu, puis plutôt satisfait à la fin. L'intrigue ? A l'aube du XIXe siècle au Royaume-Uni, alors que la guerre contre les armées napoléoniennes fait rage, Mr Norrell va essayer de redonner à la magie ses lettres de noblesse. Dans cette mission, il va recourir aux services de Jonathan Strange, qui devient son élève. Mais au fur et à mesure que ce dernier fait son apprentissage, des désaccords vont apparaître avec son maître.

Mais la rivalité entre les deux magiciens n'est pas vraiment le sujet principal de ce livre, comme dans Le Prestige, de Christopher Priest*. Chacun de leur côté, dans leur tentative de restaurer la magie, ils vont bousculer la société anglaise et convoquer des forces qui les dépassent. Il se pourrait même qu'ils deviennent les instruments d'un puissant sortilège, encore plus vaste que leurs connaissances...

Parfois comparé à un "Harry Potter pour adultes", Susanna Clarke et J.K. Rowling étant toutes deux chez le même éditeur (Bloomsbury), Jonathan Strange & Mr Norrell est loin d'un univers enfantin ou des préoccupations d'un d'ado contemporain. En plantant son roman au début du XIXe siècle, Susanna Clarke s'attache davantage à décrire les classes bourgeoise et aristocratique, régies par de strictes conventions sociales. Un milieu où "la gentleman-attitude" est la règle. De plus, à la différence d'un Harry Potter, la magie n'est pas pratiquée hors du monde, mais bel et bien acceptée et reconnue par la société. On y embrasse la carrière de magicien, comme on devient avocat ou médecin. "On rend la magie réelle en la rendant un peu prosaïque, un peu difficile et décevante", déclare ainsi Susanna Clarke dans un entretien sur le site de l'éditeur français Robert Laffont. La magie consiste à déplacer une ville, donner la parole à des objets inanimés (la proue d'un navire, des statues d'église...), changer les chemins de sens, créer des bateaux de pluie...

Le roman avance à un rythme lent, avec peu de rebondissements, hormis dans les deux cents dernières pages, haletantes et sombres, où les énigmes se résolvent et les destins des deux magiciens sont scellés. Comme le livre manque d'un souffle épique, on se console avec des dialogues pétillants et un ton pince-sans-rire, proche de celui de l'auteur "classique" d'Orgueils et préjugés, Jane Austen (1775-1815). Aux deux héros viennent s'ajouter de nombreux personnages secondaires et consistants. Des figures historiques comme le duc de Wellington, général victorieux à Waterloo, le roi George III (célèbre pour sa folie) ou le poète romantique Lord Byron renforcent également le caractère réaliste du roman.

Ce qui fait aussi la singularité de ce livre : les dessins au fusain de Portia Rosenberg, dont les illustrations ressemblent à celles d'Edward Ardizzone et des notes de bas de page, qui prennent parfois quasiment toute la page. Pour ma part, j'ai renoncé à lire celles les plus longues.

Couronné du Prix Hugo 2005, ce roman n'est pas un chef-d'oeuvre de la littérature SF, car reclus sur lui-même (poussiéreux?) et un peu trop long (allégé d'un tiers, il ne s'en serait pas plus mal porté). Jonathan Strange & Mr Norell demeure néanmoins un divertissement original hors des sentiers battus de la fantasy, une bonne lecture pour qui s'en donne la patience.

Joe

* Christopher Priest, un de mes auteurs préférés de SF, dont j'attends avec impatience la sortie d'un nouveau livre.

Pour un autre avis, plus détaillé, sur Jonathan Strange & Mr Norell, je recommande ce post sur le blog Cyber Chronicles.

Publié dans Fan de SF

Commenter cet article

Kassineo 01/06/2007 16:11

Une aventure fantastique dans tous les sens du terme. Une véritable philosophie, la vision du monde au travers le regard de 2 magiciens que tout oppose.Un billet sur le livre :http://ombre-des-mots.blogspot.com/2007/06/susanna-clarke-jonathan-strange-mr.html

joe 07/06/2007 01:11

Bonjour Kassineo,Avec un peu de recul, ce roman ne m'a pas laissé un souvenir très enchanteur, malgré le plaisir que j'ai pu prendre à le lire. Mais je garde un oeil sur ce qu'il va devenir adapté au cinéma : http://www.imdb.com/title/tt0468500/