Deux bijoux de techno minimale.

Publié le par joe

"Chromophobia" de Gui Boratto et "From here we go sublime" de The Field.

A ma gauche, le Brésilien Gui Boratto, à ma droite le Suédois Axel Willner aka "The Field". A ma gauche une couverture d'album dément son titre, Chromophobia, et à ma droite, From here we go sublime se pare d'un blanc immaculé alors qu'il recèle un kaléidoscope de sons. Deux albums réussis de techno minimale sortis en 2007, et qui nous entraînent là où tout n'est qu'élémentaire, danse et volupté. 


 Chromophobia

Né en 1974 à Saõ Paulo, Gui Boratto a sorti son premier album Chromophobia, un peu dans la lignée de Ricardo Villalobos. Après Scene 1 en guise d'introduction, plein de basses grondantes, comme la pluie avant l'orage, on entre très vite dans le vif du sujet avec Mr Decay, enlevé et sans fioritures, avec ses petits beats secs comme des coups de trique. Assez orienté dance-floor, les titres Shebang, Gate 7, et Chromophobia  procurent des bouffées d'adrénaline au milieu de titres plus down-tempo : Malá Strana, quelques gouttes de piano versées sur une vague d'une douceur infinie, et  Acróstico, où une mélodie frondeuse vient s'aggriper à une boucle grave qui se délie grassement. Un de mes morceaux préférés : The Blessing, un BPM accéléré entrechoque des sons de brisures.
Beautiful Life, moins audacieux que tout le reste avec son refrain entêtant, tire l'album vers un côté plus mainstream. C'est tout naturellement que ce titre à trouvé
vidéo-clip à son pied dansant.


 From here we go sublime

A ceux qui aiment l'écurie anglaise Border Community (Nathan Fake, James Holden, etc.), From here we go sublime devrait plaire. En provenance des pays scandinaves, après le Norvégien Trentemøller (et son somptueux opus The Last Resort), le froid a soufflé The Field. Son album sorti sur le label allemand Kompakt est une merveille. Axel Willner a créé une densité sonore, très ambient, qui ne cède pas à l'écoute, d'un bout à l'autre.
Le premier morceau Over The Ice avec un sample de voix saccadé donne le ton : précis, concis et urgent. Sur le deuxième, A Paw in my face, quelques accords de guitare s'embarquent sur un rythme rapide, qui révèle leur délicatesse. Good Things End s'aventure dans des contrées plus sombres, des échos de voix percent une incroyable texture ronflante. The Little Heart beats so fast mêle beat acide et gémissement sur lequel vient se greffer progressivement un chœur interrompu. Le plus long morceau de l'album, The Deal, repose sur une transe extatique d'une dizaine de minutes. Sun & Ice défile sur les mêmes horizons, ouverts, comme à bord d'une sorte d'Arctic Express. Plus calmes, Mobilia et From here we go sublime viennent parachever l'ensemble dans la sérénité, deux cartes postales d'un voyage
ultra-rafraîchissant.

Le site de Gui Boratto.

Une interview (en anglais) de The Field.

Publié dans Sur écoute

Commenter cet article

G.T. 17/10/2007 01:29

C'est vrai que ce "From here we go sublime" est vraiment pas mal du tout. J'en ai lu des critiques dithyrambiques... ce qui a peut être joué sur le fait que j'ai eu une "petite déception" en l'écoutant, je ne trouve pas qu'il soit non plus le meilleur album d'électro de ces dernières années. Mais un bel album, c'est sûr.C'est d'ailleurs l'occasion de te demander de venir le noter dans mon classement des blogueurs (je me demandais pourquoi tu n'y participais pas)... d'autant plus que personne d'autre ne lui a mis de notes pour l'instant ! 

joe 17/10/2007 01:35

Hello G.T. "Pas le meilleur album de ces dernières années", c'est clair. Je préfère largement celui de Trentemøller que je cite dans le post. Mais je ne vais pas manquer de venir lui attribuer une note dans ton classement, je n'y participais jusqu'ici, parce que certains albums m'étaient vraiment inconnus. Mais puisque tu m'invites à franchir le pas, let's go.

emma 16/10/2007 14:53

Coucou JoeTrès bien ton blog, avec plein d'infos. Moi aussi, j'aime beaucoup Gui Boratto, surtout "Beautiful Life".Gros bisous

joe 17/10/2007 01:36

Merci Emma, j'espère te revoir bientôt par ici ou ailleurs, avec nos "Beautiful Life".

SysTooL 16/10/2007 12:49

J'ai lu d'excellentes chroniques de l'album de THE FIELD, mais je n'ai pas encore eu l'occasion d'écouter ce que ça donne...SysTooL

joe 16/10/2007 13:32

Systool => En attendant Deezer, deux pistes pour en écouter des bribes. Le maïspèce de The Field : http://www.myspace.com/thefieldsthlmLe site de vente en ligne du label Kompakt : http://www.kompakt-mp3.net/Bonne écoute.