Les Contes de Terremer

Publié le par julien

Pour son premier film d'animation, Goro Miyazaki adapte Le Cycle de Terremer de l'auteur américaine Ursula K. Le Guin.

Le film est à l'image de l'affiche : trompeur. Le dessin manga, le choix des polices, la représentation des personnages sentent du Miyazaki père à plein nez. Mais il est difficile d'égaler l'oeuvre du père, même en étant son fils et en ayant les Studio Ghibli à sa disposition.

Le film n'est pas mauvais, loin de là, grâce aux fidèles collaborateurs de Hayao Miyazaki, qui ont apporté comme d'habitude une esthétique particulière et magique. De nombreuses situations rappellent Le Voyage de Chihiro ou Le Château ambulant.
Goro, sans le vouloir, pastiche les oeuvres de son père tout en tentant de trouver ses propres thèmes (la mort, l'angoisse). Comme en témoigne l'histoire du principal principal qui tue son père et tente de vivre sa propre vie. Toutefois plusieurs scènes oniriques émerveillent surtout dans la description de personnages principaux. Le film se veut plus moderne et respectueux des anciens films Ghibli, mais il reste confus.

Goro Miyazaki signe une oeuvre très personnelle. Son film servira sans doute d'apéritif en attendant le nouveau long-métrage de son père.
Julien 

Lu sur Allocine.com :
L'auteur du Cycle de Terremer, Ursula K. Le Guin, a publié ses réactions au film sur son site officiel. Visiblement déçue par les changements apportés à son histoire et par le manque d'implication d'Hayao Miyazaki dans le projet, elle reconnaît toutefois certaines qualités esthétiques au film. Suite à un dîner avec Goro Miyazaki, elle lui aurait exprimé son avis définitif : "Ce n'est pas mon livre. C'est votre film. C'est un bon film".

L'avis du père
Hayao Miyazaki n'a jamais parlé directement du film avec son fils. Il aurait toutefois trouvé le film "bon", appréciant particulièrement l' "honnêteté" avec laquelle il a été réalisé.

Publié dans C'est tout vu !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

joe 10/04/2007 01:13

Le problème des Contes de Terremer, c'est l'aspect complètement décousu du film. Des bonnes idées, mais rien pour les relier. Du coup, l'intrigue est bien fade et les personnages sans épaisseur. Par ailleurs, je comprends pas pourquoi ceux qui ont fait les sous-titres français évoquent sans cesse "un sorcier" alors que ça crève l'écran que "la méchante" est bel et bien unE sorcièrE.