"Amor Doloroso" d'Higelin : un retour aux sources

Publié le par joe

Plus il vieillit, plus il ressemble à un hibou en pétard, haut perché sur une branche que la "nouvelle génération" de la chanson française est encore loin d'attendre. J'ai découvert Jacques Higelin en 1988, alors que Tombé du ciel passait en boucle sur certaines radios. Et comme ces artistes dont la moitié de leur carrière est déjà derrière eux, j'ai remonté le fll de son oeuvre, avant de décrocher quelques années plus tard.
Le premier album d'Higelin date déjà d'il y a quarante ans. C'était en 1967, 20 chansons d'avant le déluge, interprétées par le Jacquot et sa compagne (toute aussi fofolle)`de l'époque, Brigitte Fontaine. Sur Les Dieux sont dingues, elle chantait : Les dieux sont trop / passez moi le mot / les dieux sont dingues / passe moi mon flingue / les dieux sont moches / j'ai la pétoche / les dieux sont braques / passe moi le cognac / les dieux s'en fichent / passe moi le haschish / les dieux sont myopes / dansons le bi-bop / les dieux sont sourds / faisons l'amour.
Et puis Higelin a mené sa barque dans les années 1970 avec des albums très originaux, tantôt blues-rock (BBH 75) tantôt fantasques et barrés (le dyptique Champagne pour tout le monde/Caviar pour les autres), mais avec pour point commun une imagination débordante et un amour des mots et une grande sincérité. Un mec qui n'en fait qu'à sa tête, quoi !
J'ai longtemps tourné, dans les grandes surfaces qui vendent de la culture, autour de son dernier album, Amor Doloroso, avant de me décider à l'acheter. Et ce furent de bien belles retrouvailles.

Joe

La discographie d'Higelin.
Le site officiel d'
Amor Doloroso, avec les extraits de chanson en écoute.

NB. Il y a quelques semaines, alors que je recherchais des albums de Grace Jones, j'ai découvert qu'elle avait fait une reprise magnifique de la chanson Pars, d'abord écrite et interprétée par Higelin.
 

Publié dans Sur écoute

Commenter cet article