Miettes de son : Bloc Party, Air, Cold War Kids et Lou Reed

Publié le par joël

Le son, c'est bon, mangez-en. Y en a des miettes qui traînent un peu partout sur mon Ipod (so hype) depuis le début de l'année.


A Weekend in the City le deuxième album (un peu décevant) de Bloc Party, qui sacrifie à cette mode  de morceaux pas mélodiques. La musique part dans une direction, la voix dans une autre n'en fait qu'à sa tête (The Prayer, par exemple, qui ressemble à du The Killers). Du coup, malgré un nombre important d'écoutes, je n'arrive toujours pas à fredonner le moindre morceau de leur album. J'ai quand même ma place pour leur concert du 27 avril à l'Olympia.

 

Mais surtout depuis le début de l'année, c'est très frais, l'album des Californiens de Cold War Kids, intitulé Robbers & Cowards, avec ce blues-rock abrasif et rêche à la White Stripes. Cette petite tuerie, le single Hang me up to dry, (littéralement "suspends-moi pour que je sèche") avec cette basse énôôôôôrme à faire mouiller les culottes et transpirer des aisselles.

Intéressante, l'électro torturée de Joakim sur Monsters and Silly Songs, probablement lassant à la longue le flow british de Just Jack sur Overtones.

 Quant à l'album de Air,
Pocket Symphony, il est à l'image de la pochette : deux figurines translucides dans un environnement aseptisé, où la bonne vient de passer l'O'Cedar. Par moments, j'aime bien.  « Tout le monde peut faire sa petite maquette, la mettre en ligne, être interviewé par quelques blogs, pour avoir un petit goût de ce que peut être la carrière de musicien. La musique perd un peu de son glamour », regrette Nicolas Godin, l'un des deux membres du duo français, dans une interview donné au Figaro... Mais... C'est pas grave si "tout le monde" (même Nicolas Godin) peut faire de la musique ? Faire sa "petite maquette" ? Et quant au glamour, pour rappel, il a déserté Versailles en 1789.

 

 Publié en 1973 alors que j'étais même pas encore né, Berlin de Lou Reed est l'un des premiers albums qui m'a biberonné au rock. Je l'avais acheté en cassette, usé la bande jusqu'à la moëlle. C'est théâtral, dramatique, angoissant. Un album-concept sur l'histoire d'un couple qui se déchire sur fond de drogue. Qualifié ça et là d'album "maudit", il n'avait pas été très bien accueilli à sa sortie. J'avais une terrible envie de voir Lou Reed rejouer cette oeuvre au Palais des Congrès, en juin à Paris. Mais encore plus déprimant que le disque... le prix des places, qui s'échelonne de 67 à 111 euros. Sans déc Lou, je vais pas payer ta retraite.

Joël

Sur le site de Cold War Kids, des mp3 acoustique à télécharger.

Publié dans Sur écoute

Commenter cet article

Isidore 29/06/2007 13:59

quelques photos du concerthttp://isidore.moreira.over-blog.com/

joe 29/06/2007 19:59

Merci pour les photos Isidore, je regrette de ne pas y être allé.