Au « Royaume des ombres », on lèche le miel sur des ronces

Publié le par joe

Le Royaume des ombres.Le Royaume des ombres (Editions de l'Olivier) de l'Américain Alan Furst, auteur de romans d'espionnage et amoureux de Paris, est un livre mineur, mais pas dénué d'un charme élégant et érudit. Dans ce Royaume, on suit les tribulations de Morath à travers l'Europe en 1938-1939. Morath, c'est un Hongrois installé à Paris, qui vit une existence typiquement bourgeoise-bohême. Son oncle proche des milieux libéraux hongrois va lui demander d'effectuer quelques missions secrètes afin de déjouer les plans de la "bête immonde" et des mouvements d'extrême-droite. Ce qui participe au charme du roman, c'est cette ambiance délétère d'un conflit imminent ("A la radio, le monde dérivait doucement vers le sang et les flammes."). Dans le milieu aisé de Morath, on évite de penser au pire en faisant l'amour, on discute de politique en passant à table. Mais dans l'attente de la guerre, ces dîners procurent la sensation de "lécher du miel sur des ronces".

Publié dans C'est tout lu !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article