« Filatures », un film avec une blague

Publié le par joe

"Filatures".Il faudrait inventer une catégorie de films dans laquelle Filatures trouverait place avec des milliers d'autres : Celle du Film dans lequel l'un des héros, à l'article de la mort (poignardé, empoisonné, éviscéré... rayez les mentions inutiles) trouve le moyen de faire un trait d'humour.  C'est peut-être rassurant de savoir qu'on peut être en train de se vider de son sang et raconter une blague de Toto, mais tellement pas crédible. D'ailleurs, Filatures pourrait aussi entrer dans la catégorie : Film où un personnage dit : "Je vais vous raconter une blague" et la raconte. La plupart du temps, c'est rarement drôle, on se demande comment les scénaristes ont réussi à refourguer cette blague, s'ils ont fait une recherche sur Google ou s'ils ont l'entendue à la cantine.
 
A part ça, j'oublierais rapidement mon premier film hongkongais de l'année. Produit par Johnnie To et réalisé par l'un de ses scénaristes, Yau Nai Hoi, Filatures se laisse regarder comme un épisode des "Experts", et puis c'est tout. OK. Le rythme faiblit rarement, le sujet donne un peu envie (une brigade de la police spécialisée en... filatures sur les traces d'un gang de voleurs), mais c'est filmé sans grande imagination. Hormis une terne fusillade sur une bretelle d'autoroute, peu de scènes d'action. Et la mince intrigue est dissimulée par un montage rapide, et des mouvements de caméra au plus près des "suiveurs" et des bandits.


Avant la séance, j'ai feuilleté "UGC Illimité", le consumer magazine du groupe, qui concourt à la disparition du métier de critique de cinéma en prenant soin de veiller à ce chaque film trouve preneur. Sauf que l'article au sujet de Harry Potter et l'ordre du Phénix (qui sort en DVD) se termine par un "On en sort vidé..." délicieusement rebelle.


Publié dans C'est tout vu !

Commenter cet article