Un coffret de 10 CD de Bowie, oh oui

Publié le par joe

Un coffret de David Bowie avec dix disques.


Il m'était impossible de résister à l'achat de ce
coffret qui regroupe les cinq derniers albums de Bowie (que j'avais déjà), des livrets avec la plupart des paroles, ainsi que cinq autres CD-bonus, un pour chaque album. On y trouve donc les moyens Heathen et Hours, les réussis Earthling et Reality et le superbe 1.Outside.

Parmi les bonus, une floppée de remix, du bon et du médiocre, qui n'intéresseront vraiment que les fans. Pêle-mêle : Seven Years in Tibet chanté en mandarin, les versions originales des titres de Hours qu'avait écrit Bowie pour le jeu vidéo
Omikron: The Nomal Soul, le morceau croisé entre Rebel Rebel et Never Get old, des remix de Air, Moby, Beck, Trent Reznor, etc.

Bowie, ça remonte à mon enfance, en 1983 précisément, quand Vicky, une étudiante anglaise au pair,  sous le toit familial, passait en boucle le 45-tours de Let's dance. Et puis Vicky a disparu de ma vie avec David Bowie. Si elle n'est pas revenue, lui, en revanche, a fait des apparitions par intermittences (sa période Tin Machine, l'album Black Tie White Noise). 

1.Outside

Puis, ce fut 1.Outside. Un chef d'œuvre. Imaginé comme un album conceptuel (les histoires croisées de personnages glauques dans un futur cyberpunk), 1.Outside devait être à l'origine d'un cycle de disques. Malheureusement, les projets sont restés dans les cartons. Cet album ambitieux scellait surtout les retrouvailles du producteur Brian Eno avec le chanteur-caméléon, après leur travail commun sur la trilogie berlinoise (Low, Heroes et Lodger) des années 1970.

Treize ans après sa sortie (1995), 1.Outside n'a, pour moi, pas pris beaucoup de rides. Certains détestent son emphase, j'adore les superpositions de couches sonores, l'univers hoquetant et alambiqué de ce disque. J'aime entendre le piano de Mike Garson dégouliner comme sur The Hearts Filthy Lessons, on peut se vautrer dans l'aspect industriel et sale de Hallo Spaceboy. La voix de Bowie joue sur une multitude de registres, crooner sur No Control ou The Motel, narquoise sur We prick you

Cet album possède une identité aussi forte que malade, qui exhale un parfum métallique de romance, de sang et de machine. C'est aussi la vision d'une mégalopole à la dérive, où les personnages d'Outside s'égarent dans un urbanisme chaotique (Cf. la chanson Thru these architect's eyes).

Je me rappelle comment I'm deranged figure à sa place dans Lost Highway de David Lynch. Pourtant, si Blade Runner n'avait pas déjà sa bande originale écrite par Vangelis, je suis persuadé que 1.Outside lui aurait parfaitement convenu.


Dans le voisinage du ouèbe :
Ce que Thom pense d'Outside.

Publié dans Sur écoute

Commenter cet article

Ska 06/01/2008 19:56

Les deux premiers disques sont formidables. J'aurais presque tendance à penser, d'ailleurs, que Outside est le meilleur disque de Bowie. Surtout qu'il est paru à un moment où plus grand monde ne donnait cher de sa peau (remember Tin Machine ?). Les trois derniers sont plutôt agréables, mais malheureusement bien en-deça du lumineux dyptique Outiside/Earthling.

joe 07/01/2008 00:43

On est d'accord Ska. Tin Machine, je ne m'en rappelle plus vraiment sinon que ce que ce groupe faisait ne m'intéressait pas vraiment à l'époque.

G.T. 22/12/2007 19:28

Comme toi, j'adore 1.Outside....Un très très grand album, peut-être la plus grande réussite dans le mélange rock - électro, et, comme tu le dis très justement, il n'a pas pris une ride contrairement à bon nombre d'albums du genre ! 

Thom 19/12/2007 21:19

Bowie est mon idole...j'ai failli chroniquer ce coffret mais...j'ai déjà écrit sur ces disques ici :http://legolb.over-blog.com/article-5790320.html Et écrit un plus long article sur "Outside" là :http://legolb.over-blog.com/article-2596542.html (le tout premier article de mon blog, je m'en aperçois maintenant !)

joe & julien 20/12/2007 01:01

Hey Thom, merci pour les liens. On a "découvert" Bowie avec le même album.

damsnation77 18/12/2007 21:29

Héhé, j'ai trouvé quelqu'un qui préfère Reality à Heathen... ça ne court pas les rues ce genre de specimen ;)

joe 19/12/2007 01:18

Je trouve Heathen un peu mou côté inspiration, Reality n'est pas forcément beaucoup plus créatif, mais plus énergique et on sent davantage la présence de Bowie derrière chaque morceau, ne serait-ce que qu'au niveau de son chant, plus impliqué.