« Call of Duty 4 », devenir un troufion de choc

Publié le par joe

"Call of Duty 4".
  Ah ! Enfin un jeu pacifiste, où la diplomatie permet d'éviter des affrontements sanglants, où règnent amour et bons sentiments, où l'on s'assied tranquillement autour d'une table pour discuter des affaires courantes de la planète... Non, je plaisante. Un jeu vidéo qui s'appelle "L'appel du devoir" ("Call of Duty') ne sent pas la fleur au fusil, mais la poudre et le brûlé.

"Call of Duty 4 : Modern Warfare."C'est déjà le quatrième opus d'une franchise qui s'est illustré en rendant la guerre la plus "vraie" possible.  Les précédents épisodes avaient pour décor la Seconde Guerre mondiale, Call of Duty 4 s'avance dans notre monde contemporain, avec des conflits en Russie, au Moyen-Orient... Techniquement, ce
FPS est très réussi, atteignant un niveau de réalisme saisissant : explosions, impacts, sons... Il est loin le temps où Medal of Honor, sur la première Playstation, me faisait une forte impression.


Je ne me suis pas beaucoup avancé dans le mode solo du jeu, un peu plombé par des considérations géopolitiques à deux balles, et aussi parce que le scénario ne m'intéressait pas plus que ça. Et franchement, j'ai moins de mal à m'identifier à Pacman qu'à un bidasse sur lequel hurlent ses coéquipiers.

Je me suis davantage amusé dans le mode multijoueurs de la Xboxlive où Call of Duty 4 vaut le détour avec une floppée de bonnes cartes (prononcez '"mâpces"), la possibilité de customiser son troufion, des bonus à débloquer ("Toi aussi gagne ton AK47 et ton M16") et une variété de parties. On n'a pas fini de jouer à la guerre.

Publié dans Session jeux vidéo

Commenter cet article