Les enfants-soldats de Toby Litt

Publié le par joe

"J´aime bien jouer à certains jeux de guerre, il y à de l´action, des sensations, c´est sympa !

Je ressens pourtant parfois une certaine culpabilité ( certes légère) lorsque je pense à tous les soldats qui ont soufferts durant les guerres réelles quelles qu´elles soient.

Je me demande parfois ce qu´en dirait mon arrière-grand père qui a malheureusement dû faire la seconde guerre mondiale et qui àpéri dans cette dernière...

Pourtant, je me dis que lorsque l´on mange un fou ou un cavalier aux jeux d´échec, ceci n´est que virtuel et qu´il en est de même dans
Call of duty

Et dans la vie réelle, je suis absolumment contre la violence et j´espère bien ne jamais avoir à faire une guerre. je déteste par dessus tout voir souffrir les gens et moi même les faire souffrir..."


Dolodon, sur un forum de jeuxvidéo.fr : "Jouer à la guerre est-il immoral ?"


Une question que ne se posent pas les héros de Gang (Deadkidsongs en V.O.), un roman du britannique Toby Litt : quatre mômes du village d'Amplewick, dans la campagne anglaise, qui se prennent pour une armée miniature chargée de défendre leur pays contre l'envahisseur.

Après la mort d'un des membres de leur escadron, ils décident d'exterminer ceux qu'ils tiennent pour responsable de son décès : ses grand-parents. Ainsi commence "l'Opération extinction" à "Dinosaurland", au domicile de ces personnes âgées : 

« La substitution de fusibles ultra-résistants à des fusibles normaux n'avait été que la première de ses "mises en dangerosité" : partout dans la maison, les vis étaient déserrées d'un ou deux tours de tournevis, sinon trois; les clous dépassaient de quelques millimètres; le tapis de l'escalier se mit à glisser sur les marches; la porte de la salle à manger contre son chambranle.»

"Gang" de Toby Litt.Loin d'une vision innocente de l'enfance, Toby Litt montre des gamins cruels quand livrés à eux-mêmes, dans la veine de Sa majesté des mouches, de William Golding.

Ce roman mineur et provoc', avec pas mal de redites et une fin un peu baclée, a au moins l'intérêt de casser avec férocité et humour l'angélisme avec lequel des adultes observent leur progéniture.

Et s'il a lu Gang entre-temps, Dolondon le gamer se dira peut-être que jouer à la guerre n'est pas immoral, parce qu'à la différence du jeu, la guerre ne connaît pas de règles, juste des stratégies.

Publié dans C'est tout lu !

Commenter cet article

Dolodon en personne :p 15/03/2008 13:58

Hey hey Je me suis "googler" et j'ai trouver un site reprenant un de mes topics lors de mes grands moments de philosophie sur jv.frCela me fait plaisir d'être cité ;) et surtout avec sources données:pBonne continuation

joe 15/03/2008 15:55

Hey Dolodon himself ! C'est un plaisir partagé. C'est aussi une surprise pour moi de te voir se manifester. A bientôt.