I shot Jesse James

Publié le par joe


Casey Affleck, dans "L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford".


Un western désolé et mélancolique : L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford
. Ou les derniers moments de la vie du hors-la-loi (Brad Pitt) avant son meurtre par un traître (Casey Affleck).  Un film assez prenant, dans son rythme posé et sa superbe photo. 

Mais si le scénario nous avait épargné plusieurs personnages secondaires, ce film d'une longueur assez conséquente (2h39) ne s'en serait pas plus mal porté. La scène de l'assassinat se parfois fait attendre, d'autant plus que le bandit ne suscite ici aucune sympathie. Le réalisateur Andrew Dominik ne donne pas à voir ce qui faisait de Jesse James un personnage populaire à l'époque. Le contexte historique étant évacué, demeure le face-à-face James-Ford. 

Par rapport à Brad Pitt, qui se la joue légende vivante sans trop de subtilité, Casey Affleck, tout en viscosité, captive la caméra. Son regard suinte à la fois la fascination, la crainte et la jalousie. 

Les dernières minutes de ce long-métrage sont aussi les plus intenses : l'exposition du cadavre, sa photo comme une relique, et les représentations théâtrales de l'assassinat, avec Robert Ford dans son propre rôle. D'ailleurs, c'est là que L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford aurait pu commencer : juste après la mort de Jesse James.

Publié dans C'est tout vu !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article