« In rainbows » de Radiohead

Publié le par joe



Je suis loin d'être un fan de Radiohead. J'ai découvert ce groupe sur le tard. Computer (1997), Kid A (2000), Amnesiac (2001)... Leurs albums, je suis passé complètement à côté, mais qu'est-ce que je pouvais bien écouter à l'époque ? Depuis, je me les suis procuré. En fait, je dois être réfractaire à la voix très blanche et haut-perchée de Thom Yorke. Des fois, ça couine, c'est maladif, j'ai du mal à l'entendre. Il m'aura donc fallu des années pour m'en imprégner, à petites doses. C'est avec Hail to the Thief (2003) que j'ai commencé à les écouter. Et c'est paradoxalement, The Eraser (2006), l'album solo de Thom Yorke auquel j'ai adhéré avec une facilité déconcertante. Parce que l'écrin minimaliste voire claustrophobique des mélodies convient parfaitement à son timbre et à son chanté. J'en ai presque des frissons à chaque fois que je l'écoute.

Et puis là, hier, a débarqué sur la planète leur dernier album, In rainbows. J'imagine que la plupart des internautes savent déjà que cet album n'est pas distribué dans le commerce, seulement sur leur site Internet (lire article sur ecrans.fr) et chacun peut fixer son prix, on peut recevoir leurs MP3 zippés par e-mail ou se les faire copier par un collègue/ami fan du groupe qui les a déjà achetés. Bon... C'est Ra-dio-head, alors il y a peu de chance qu'ils perdent de la thune, ils ont déjà leur public. Je doute que pareille entreprise marcherait avec un artiste inconnu qui essaie déjà de se bâtir un nom sur son MySpace. Cela dit, les maisons de disques doivent vraiment commencer à faire dans leur froc. 

Impressions tout à chaud, j'aime bien le dernier album de Radiohead, presque apaisé, que je trouve plus facile d'accès que leurs précédents. Enfin, je m'y retrouve presque sur ces dix morceaux.15 Step me fait penser à une bossa nova en accéléré, à bout de souffle, il y a des cris d'enfants qui résonnent, c'est joyeusement speed. Bodysnatchers, plus fiévreux, un son crade et enveloppant. Nude, qui porte bien son nom, une chanson douce. Weird Fishes/Arpeggi, je suis interpellé par le nom, des "poissons bizarres", et le morceau, ça rappelle des rencontres amoureuses, des envolées romantiques. All I need commence délicatement et finit en apothéose. Faust Arp et Jigsaw falling into place m'ennuient. Sur Reckoner, les cordes appellent la sérénité et Videotape apaise.

Le site de Radiohead.


Publié dans Sur écoute

Commenter cet article

damsnation77 11/10/2007 19:11

Ecouté une seule fois pour le moment mais j'ai beaucoup, ça me rappelle la fac et la découverte de l'album OK Computer.

joe 13/10/2007 00:15

En le réécoutant, j'y trouve pas mal de plaisir, j'espère que tu en auras autant.