Pékin J4. Ma bravitude.

Publié le par joe

muraille1.jpg

Mardi 31 juillet. Je me lève à 5h30 du matin. J'ai mal dormi. Je ressasse cette phrase dans le Guide du routard au sujet de la Grande Muraille à Simatai : "Au delà de la 14e tour, c'est beau mais assez casse-gueule, avec notamment un passage impraticable pour ceux qui souffrent du vertige." L'angoisse. A 6h30, je monte dans un bus avec une vingtaine de personnes de l'hôtel ou de l'auberge de jeunesse. On arrive à 10h30, après s'être immobilisé une heure sur une route de campagne. Une collision entre un pick-up et un poids lourd.

Ma plus belle journé en Chine : une excursion de dix kilomètres sur la muraille, de Jinshanling à Simatai. Il paraît que c'est mieux de se rendre ici parce que c'est plus authentique que la partie de Badaling, bla bla bla... Au début, c'est facile, la muraille a été rénovée, je galope; après, ça se corse, le sol est défoncé, je m'aggrippe aux marches. Faire gaffe où poser les pieds (ne pas trébucher), et le regard, c'est à dire pas trop sur les côtés, là où les créneaux sont tombés en ruines.

C'est presque désert.

Hormis quelques randonneurs, des vendeurs ambulants de cartes postales et d'eau fraîche, stratégiquement postés, et un Américain qui gueule : "I don't want your fucking souvenirs ! Leave me alone ! Do you understand ? No buy !"

Retour à Pékin dans les embouteillages.

muraille2.jpg

Publié dans Dix jours en Chine

Commenter cet article