Shanghai J-1

Publié le par joe

Dimanche 22 juillet. L'A360 d'Air China décolle avec un peu de retard, avant 15 h. Je repense inévitablement au crash de Sao Paulo, l'avion reste le moyen de transport le plus sûr au monde. Le risque zéro n'existe pas. Dans un article, j'avais lu que les accidents les plus graves sont uniquement l'enchaînement d'erreurs humaines.

Les hôtesses servent du thé au jasmin. Pas assez foncé. Je réfrène mon envie de café, cette boisson appelant cruellement la cigarette. 

Des gamins courent et jouent dans l'avion. Cela gêne une femme qui doit se rendre au travail dès son arrivée. Elle veut dormir. Atterrissage à 7h45, heure locale. Six heures de décalage horaire. Durée du vol Paris-Shanghai : 11h20. Par dépit, elle s'enfonce dans un bouquin. L'enfant est roi.

Sur l'écran, une comédie sentimentale chinoise. Une jeune femme, jolie et sans saveur, convoité par deux hommes, un teenager et un beau gosse d'une vingtaine d'années. Ils échangent beaucoup par SMS. Puis un film en costumes. A chaque fois que je lève les yeux, je vois des archers, beaucoup de poussière et des assauts repoussés par un couple de héros.

Je somnole.

Publié dans Dix jours en Chine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article