"Shenzhen" de Guy Delisle, lost in translation

Publié le par joe

Shenzhen.
Des trois villes qui figurent sur cette photo, celle où je ne vais pas me rendre est aussi le titre d'une bande dessinée : Shenzhen, de Guy Delisle. En traînant récemment à la bibliothèque, j'ai ramassé pas mal de bouquins, dont celui-ci. Je l'ai emprunté en raison de ma prochaine destination de voyage, mais aussi parce que la maison d'édition, c'est L'Association, éditeur entre autres de Persepolis. Je ne connaissais pas. C'est une excellente surprise.

Shenzhen date d'il y a déjà presque dix ans. Entre-temps, pas mal de choses ont dû changer dans cette ville, et peut-être aussi le regard de Guy Delisle sur la Chine. Mais le sentiment d'être Lost in translation résiste au temps et aux modes. Et donc aussi le thème de cette BD. Quand le narrateur, d'origine québécoise, débarque à Shenzhen en décembre 1997, c'est la loose. Il doit y passer plusieurs mois en bossant comme dessinateur-animateur sur un film. Mais il ne parle pas le Chinois, la barrière de la langue s'avère insurmontable. Et comme il s'emmerde, il va tenir un espèce de carnet de bord. Le résultat, c'est Shenzhen.

Dans ses planches en noir et blanc, le narrateur décrit sa vie quotidienne, celle d'un Occidental livré à lui-même dans l'Empire du milieu. Chercher un repas à sa convenance, échapper à la monotonie, tenter d'élaborer une communication avec ses semblables... Autant de taches difficiles à remplir.  Je me suis fendu d'un large sourire quand il tente de tromper son ennui en regardant pousser de la pourriture (dans un buvard imprégné de café) sur un bureau au taf : "Je laisse l'expérience suivre son cours et jour après jour, j'admire les motifs se transformer", écrit-il, pince-sans-rire. 

Son analyse du fossé culturel donne lieu à une série de gags assez marrants, avec des textes ironiques qui s'intégrent à un récit bien rythmé. Ses observations fines sur la solitude de l'étranger en terrain inconnu ne peuvent laisser indifférent toute personne qui a déjà partagé cette expérience.

Joe

J'ai essayé de trouver une planche sympa reproduite sur le Net. Pas trouvé. En voici une, hélas, la chute se trouve sur une page suivante.

Publié dans Bandes dessinées

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article