"Cure" de mélancolie

Publié le par joe

Cureok.jpg Beau et intrigant. Cure, de Kiyoshi Kurosawa, à mi-chemin entre le polar et le fantastique montre une société japonaise en pleine déliquescence. Quelque part entre Seven et Le Silence des agneaux, Cure emprunte à l'un l'atmosphère glauque, à l'autre la confrontation policier/serial-killer. Mais c'est à l'abstraction que ce film confine, avec son urbanisme désolé, ses cadrages précis, un rythme mélancolique, cette impression que le mal - hypnotique - se nourrit de l'ordinaire et contamine le quotidien. J'aimerais voir d'autres films de ce réalisateur, comme Charisma ou Kairo.                                Joe

Publié dans Séance de rattrapage

Commenter cet article